Menu

Meilleure gestion des ressources en eau

Compte tenu des préoccupations que suscite l’extension du Zwin en Flandre en ce qui concerne les risques éventuels de salinisation des eaux souterraines et des eaux de surface, un accord-cadre a été conclu en Flandre sous la présidence du Gouverneur de la Flandre occidentale. Le but de cet accord est de parvenir de façon intégrée à une meilleure gestion des ressources en eau dans le polder de la côte orientale, afin de prévenir les problèmes de salinisation, les dommages éventuels dus à des inondations et les problèmes de sécheresse. L’accord-cadre a été conclu par toutes les parties concernées : les ministres compétents, la Société flamande de l’Environnement, l’Agence pour la Nature et les Forêts, l’Agence pour les Services maritimes et la Côte, la Société terrienne flamande, la Province de Flandre occidentale, la commune de Knokke-Heist et la société du Polder de la Côte orientale. L’accord précisé qui fait quoi et qui exécute et finance quels travaux.

En ce qui concerne la gestion des eaux, l’accord-cadre prévoit que le canal du Zwin- canal Isabelle pourra à l’avenir prévoir un drainage par le Zwin, comme c’était le cas dans le passé. A cet effet, l’environnement du canal du Zwin- canal Isabelle fera l’objet d’un réaménagement paysager et écologique, assuré par la Société flamande de l’Environnement.

Un nouveau système de pompage respectueux des poissons sera en outre installé à hauteur du Zwin. Les responsables du projet viseront également une amélioration générale de la qualité de l’eau en collaboration avec la société Aquafin.

L’exécution de l’accord-cadre passera par le projet d’aménagement paysager des Polders du Zwin. Dans le cadre de ce projet commun, qui sera coordonné par la société VLM, les partenaires investiront également dans l’aménagement de nouveaux circuits pédestres, cyclistes et équestres dans les environs du Zwin, dans la réhabilitation du patrimoine et de la nature (forts, digues, criques, prairies) et dans l’accueil des visiteurs (ancien site d’épuration des eaux). Le projet sera soumis pour approbation au Gouvernement flamand dans le courant du printemps de 2015. La société VLM espère pouvoir lancer les travaux à partir de la période 2016-2017 (www.vlm.be).

Du côté néerlandais, un égout de transport des eaux d’infiltration recueillera les eaux d’infiltration excédentaires des parcelles voisines au pied de la nouvelle digue. D’autres mesures complémentaires seront prises en concertation avec les différents propriétaires terriens, à savoir entre autres l’aménagement de systèmes de drainage, l’excavation de fossés et le rehaussement d’un certain nombre de parcelles situées en contrebas.